Le Parachutisme

Bonjour à tous

Quand on a goûté aux sensations fortes, il est souvent difficile de s’en passer, j’ai débuté en 2007 par le saut a l’élastique, mais après quelques années, il m’en fallait un peu plus. Un peu plus de quoi ? De hauteur je crois….ou de sensations !!! J’ai donc découvert la chute libre et le parachutisme. Pratiques, fédérations, réglementations, types de licence, tout ce qu’il faut savoir pour débuter et évoluer dans cette activité décoiffant est détaillé sur cette page.

Principe:

Le parachute est un dispositif destiné à freiner le mouvement, principalement vertical d’un objet ou d’un individu dans les airs. Historiquement, le parachute sert à rendre possible le retour au sol en bonne condition d’une personne abandonnant un aéronef, mais le terme a été appliqué à de nombreux dispositifs destinés à empêcher une chute ou à ralentir un appareil au moyen d’un dispositif semblable à un parachute de descente.

Historique:

Depuis très longtemps, se jeter dans le vide attise la curiosité, tout comme voler. En effet, dans l’antiquité déjà, différentes cultures (arabes et chinoises) mentionnaient des sauts depuis des tours freinés par des dispositifs ressemblant à des cerf volants (toiles + armatures).

Toutefois, le premier a avoir conçu scientifiquement un projet de parachute a usage humain est Leonard de Vinci (1452-1519):

parachute

A partir de la, les expériences se multiplièrent grâce a différents inventeurs, physiciens et mathématiciens qui s’employèrent à concevoir un parachute:

  • 1616, Fausto Veranzio saute d une tour à l’aide d’une carcasse recouverte de toile pour ralentir sa chute et il atterrit sans dommage.
  • 1710, Newton établit la théorie mathématique du parachute:
  • 1783, Lenormand réalisa un parachute avec plusieurs parasol
  • fin 1783, Lenormand, après plusieurs sauts réussis d une tour, permet d’affirmer que le premier parachute (nom qu’il donnait a son équipement) ainsi que le premier parachutiste sont belle et bien français.
  • 1785, Blanchard jette son chien équipé d’un parachute.
  • 1797, Garnerin est considéré comme le premier parachutiste pour avoir saute d un ballon a 2000 pieds et atterrit sans dommage.
  • 1802, ce même Garnerin devint parachutiste professionnel
  • peu après, Lefrancois de Lalande, conseille a Garnevin d’apporter une modification majeur sur son parachute.
  • 1799, JG Labrosse est la première femme a sauter en parachute
  • 1802, elle dépose au nom de son mari le brevet sur l’ « appareil dit parachute, destiné à ralentir la chute de la nacelle d’un ballon après l’explosion de celui-ci »
  • 1837, le premier décès homologue a la suite d un saut en parachute est Robert Cocking, inventeur anglais.
  • 1880, apparition du harnais similaire à ceux qu’on utilise aujourd’hui, invente par Thomas Baldwin
  • 1892, premiers pliages d’un parachute et les premières mises en gaine des voilures réalisées par une allemande Kathe Paulus
  • 1911, Grant Morton, premier homme a sauter d un avion
  • 1913, Géorgie Broadwick, première femme a sauter d un avion. le parachute breveté de Stefan Banic devient l équipement standard des pilotes américains
  • 1914, premier saut en parachute avec ouverture commandée…accidentelle… de parachute
  • 1915, le premier saut en parachute de l’histoire militaire française
  • 1918, les premiers ravitaillements par les airs apparaissent.
  • 1919, première chute libre de 400m réalisée par l’américain Leslie Leroy Irvin
  • 1935, le capitaine GEILLE fonde le centre d’instruction parachutiste d’Avignon Pujaut. Il est considéré comme le « père des paras français » et l’inventeur des chuteurs opérationnels
  • 1936, premiers brevets français délivrés à 27 parachutistes dont 2 femmes
  • 1938, 1er record du monde détenu par un français, Williams avec un saut a 11420m
  • 1959-1960, Série de sauts réalisés par Joseph Kittinger avec de nouveaux records a la clef: le saut en parachute le plus haut: 31300m, la plus longue chute libre: 4 min30sec, la plus grande vitesse atteinte en chute: 988km/h. Tous ses records ne seront battus que 52 ans plus tard.
  • 1980, le parachutisme sportif s’équipe de voile rectangle.
  • 2012 par Felix Baumgartner avec un saut 38969m, il est le premier homme a franchir le mur du son. Tout au long de sa préparation, J.Kittinger sera présent.

Hors contexte de cette page:

  • 2012 par Gary Connerie, il effectue un saut en wingsuit (aile volante) et atterie dans 18000 cartons sans ouvrir son parachute.
  • 2016 (hors contexte de cette page) par Luke Aikins avec un saut de 7620m, il est le premier à sauter sans parachute, réception dans un filet de 30m x 30m

Voila pour les grandes lignes de l’histoire.

Sauter oui mais comment ?

Avant de vous lancer dans l apprentissage du saut en parachute, il peut être bon de savoir si vous allez aimer ca. Pour le découvrir, il est possible de faire un saut en tandem.

Le saut en Tandem:

Le tandem consiste à sauter en parachute attaché à son instructeur qui s’occupe de tout.  Cela permet à presque toutes les personnes de découvrir les sensations de chute libre y compris les personnes handicapées (pour ces derniers, en France le moniteur tandem doit être habilité et utiliser un harnais qui peut être spécifique selon le handicap)

Vous aurez le choix entre différentes hauteurs. La plus haute est à 4000 mètres pour 60 secondes de chute libre (avant ouverture du parachute)

Avant votre saut, vous aurez un briefing concernant les règles de sécurité, la position à maintenir en sortie d’avion, en chute puis sous voile et durant la phase d’atterrissage. A la suite de cela, on vous équipera d’un harnais puis vous attendrez votre tour.

Dans l’avion, lors la montée en altitude, votre instructeur vous attachera à lui et vous fera un petit rappel. Ensuite la porte s’ouvrira et vous sauterez. Vous n’aurez rien à faire, votre instructeur contrôlera la chute, l’ouverture du parachute, la descente et l’atterrissage ; alors, détendez-vous (facile à dire), ouvrez bien vos yeux, profitez du paysage, des sensations de vitesse et de chute.

PH_0007PH_0014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a bien-sûr des contre-indications mais aucune connaissance spécifique n’est requise.

Il vous sera proposé de filmer votre saut via différents moyens soit avec un camera embarqué par l’instructeur (hand cam) ou soit par un cameraman indépendant qui sautera en même temps.

vidéo Adeline

Devenir parachutisme :

L’apprentissage en France et à l’étranger

Il existe deux méthodes d’apprentissage pour être autonome en chute :

OA: ouverture automatique

Cette technique, utilisée dès la création du parachutisme, consiste à sauter dans un premier temps d’une hauteur de 1000-1200m, le parachute relié à l’avion par une sangle. Lors d’un saut en ouverture automatique, la sangle déplie le parachute après quelques secondes de chute puis libère le sauteur qui entame sa décente sous voile.

1373047960104

Très progressive, cette technique permet à l’élève d’évoluer en fonction de la validation des exercices (gestes d ouvertures du parachute “poignées témoin”) pour atteindre 4000m et ouvrir son parachute lui-même. Cette formation nécessite au moins 12 sauts au minimum.

La PAC: Progression Accompagnée en Chute

A la base, la PAC est une adaptation française de la formation américaine, l’Accelerated Free Fall (AFF). Cette dernière est enseignée dans les pays utilisant la réglementation américaine comme référence, soit la Nouvelle Zélande, l’Australie, l’Angleterre pour exemple.

Pour les deux méthodes, le principe est simple, faire de vous un parachutiste grâce à une formation complète accélérée qui vous apprend les bases primordiales de cette pratique. Selon les pays, ce programme est soit très encadré (USA, OZ, NZ), soit à l’appréciation du moniteur en fonction des résultats de l’élève comme en France.

Carousel-CEP-PAC

Voici un tableau comparatif:

PAC :                                                                   AFF :

Niveau 0: Théorie au sol de 6-8hrs                                               Level 0 : Théorie au sol de 6-8hrs

Niveau 1: 1 saut à 4000m avec 2 instructeurs            Level 1 à 3 : 3 sauts à 14000ft avec 2 instructeurs

2 sauts à 4000m avec 1 instructeur             Level 4 à 6 : 3 sauts à 14000ft avec 1 instructeur

Niveau 2: 2 sauts à 4000m avec 1 instructeur            Level 7 a 8 : 1 sauts à 14000ft avec 1 instructeur

Sans assistance                                                                                1er saut solo à 5000ft

Niveau 3: 1 saut à 4000m avec 1 instructeur

Sans assistance

Niveau* 4: 1er saut solo à 4000m

Total :                    7 sauts                                                                 7 à 9 sauts

Durée :                  4 à 8 jours                                                           4 à 8 jours

Prix :                     1000€                                                                    3000$ NZ

 

* : les premiers niveaux sont employés pour la PAC mais plus ensuite. J’utilise ce terme dans les brevets suivants pour faciliter la comparaison avec l’AFF qui décline la formation par des niveaux

Quelques détails :

Niveau et Level 0 :

Théorie au sol ; Vous découvrez comment fonctionne un parachute, son système de sécurité, le vocabulaire spécifique associé, la position en chute libre, la procédure de vérification après ouverture, la procédure d’urgence (parachute de secours), la phase d’atterrissage et bien sûr la sécurité au sol, dans l’avion et en chute.

Remise de votre carnet de saut (logbook) qui regroupe l’historique de vos sauts ainsi que les brevets obtenus.

Niveau 1 et Level 1 à 3 :

Légère différence entre la France et les autres pays. 1 saut accompagné (par 2 instructeurs) alors que l’AFF en propose 3. Travail sur la stabilisation, contrôle de l’altitude, simulation d’ouverture (poignée témoin) et ouverture de parachute. Concernant le troisième saut, la PAC se concentre sur une sortie dos et retournement alors que pour l’AFF, ce saut est accompagné mais sans aucune assistance des instructeurs. Evolution sous voile et phase d’atterrissage sous contrôle radio.

Niveau 2 et 3 ou Level 4 à 6 :

3 sauts accompagnés d’un instructeur. Différences encore, la PAC approfondira la formation sur les sorties d’avion de dos ou en boule avec remise à plat, stabilisation, non assistance de l’instructeur et rotation 360° alors que l’AFF travail sur la rotation à plat (90°, 360°), salto avant et dérive (prise de distance entre deux parachutistes avant ouverture). Evolution sous voile et phase d’atterrissage sous contrôle radio.

Niveau 4 et Level 7 à 8 :

Pour l’AFF, le cinquième saut est une consolidation des acquis. Une différence sur le 7eme et dernier saut de formation qui est aussi le 1er en solo, vous sauterez à 4000m avec la PAC et à 2500m avec l’AFF (expérience de saut à basse altitude).

Vous connaissez maintenant les deux méthodes d’apprentissage. L’OA, plus longue et plus progressive, demande plus de temps et plus de saut. La PAC et l’AFF sont quant à elles, plus rapides et permettent de découvrir des les premiers sauts les sensations de chute libre. Elles sont aussi plus chères car elles demandent la présence continue d’instructeurs. La finalité est la même, atteindre l’autonomie en chute et être formé à la sécurité sur l’ensemble des phases d’un saut en parachute.

Voici en image ma formation PAC réalise en France avec l’équipe de CEP Cahors :

 

Brevet A français et étranger :

L’obtention de ce brevet vous permet de valider vos acquis et certifie votre aptitude à sauter en autonomie (sans aucune assistance de moniteurs). A ce stade, vous restez un élève en formation donc vous êtes obligés de pratiquer au sein d’une école agréée (la NZ n’en a que 3, à Auckland, Taupo et Ashberton).

PAC:                                                                    AFF:

Level 9: 1 saut a 5000ft

Niveau 5 : 8 sauts de consolidation                                              Level 10 à 20:13 sauts de consolidation à 14000ft

Level 21 a 25: 3 sauts coaches pour obtention du brevet A

Total cumulé :      15 sauts                                                                               25 sauts

Durée cumulée : 6 à 12 jours                                                         8 à 15 jours

Prix cumulé :        1300€ à 1800€                                                                  4200$ NZ

 

Pour valider ce brevet, Il faut:

Cumuler un minimum de 15 sauts en chute.                                              Cumuler un minimum de 25 sauts en chute.

Valider les aptitudes en chute de la PAC.                                      Avoir réalisé 10 atterrissages à moins de 50 m de la cible

Valider les aptitudes sous voile.                                                       Avoir reçu la formation sur l’atterrissage dans l’eau

Etre capable de

Savoir plier un parachute et être “auto vérif”                                               Savoir plier un parachute et être “auto vérif”

en fin de formation (plus de vérification d’un plieur agréé).      en fin de formation (plus de vérification d’un plieur agréé).

Visualiser le point de largage

Respecter les règles  de sécurités au sol, dans l’avion et

Sous voile.

 

La première grosse différence commence ici : ce brevet A nécessite donc 15 sauts dans le système français, or aux USA, en NZ, en Australie et dans tout autres pays régis par la norme américaine, il vous faudra avoir 25 sauts au compteur afin de pouvoir demander l’équivalent du pays. Ces 10 sauts manquant sont LA problématique, vous êtes déclarés apte à sauter dans votre pays mais pas en NZ alors que vous avez reçu la même formation de base PAC soit 6 sauts accompagnés + 1 (le minimum).

Clairement si vous n’avez pas sauté depuis longtemps, n’espérez pas sauter dans ces pays car d’une, ils n aiment pas notre licence française et de deux, ca leur fait une bonne raison de vous facturer une formation de remise à niveau bien chère.

Tout n’est quand même pas perdu, je vous conseille donc de, soit refaire une série de saut (pour atteindre les 25) juste avant de venir dans le pays, soit de passer votre brevet B avant le départ. L’un comme l’autre sera marqué sur votre log book et fera foi.

Brevet B français et étranger :

Grace à ce brevet, vous devenez un parachutiste confirmé et vous êtes apte à pratiquer au sein d’un centre d’activité. Il vous est donc possible de pratique dans un centre sans nécessairement avoir besoin de la présence d’un instructeur. Ce qui vous ouvre bien plus de possibilité en France et dans le monde.

Formation Française:                                                                    AFF:

15 sauts de travail et consolidation                               25 sauts de travail et consolidation

Exercices chute et sortie davion

Total cumulé :      30 sauts                                                                               50 sauts

Durée cumulée : fonction de l’élève                                             inconnu

Prix du brevet* : de 500€ à 900€

Prix cumulé :

*Pour ce brevet, il y aura quelques sauts accompagnés (x 2 mini) par un instructeur vidéo afin de pouvoir valider les exercices. Dans ce cas, vous payez votre place et celle de votre instructeur (variable fonction des sites. 24€ pour Cahors).

Pour valider ce brevet, il faut:

-cumuler un nombre minimum de 30 sauts en chute.

-effectuer deux sorties face moteur à 1500m.

-réaliser un enchaînement de figures (tonneaux, loops avant et arrière, rotations) en une chute.

-savoir se positionner dos au sol, stabiliser cette position et contrôler les rotations gauche et droite (exercices très compliqués)

-Etre capable d’effectuer une dérive efficace (prise de distance entre deux parachutiste avant ouverture)

L’obtention de ce brevet valide votre capacité à evoluer en securité et vous prépare aux brevets « spécialisés » suivants : B1 (PA/Voltige), B2 (Vol relatif), B3 (Voile contact), B4 (FreeFly) que je vous detaille ci dessous:

Brevet B1 : Précision d’atterrissage et voltige

La précision d’atterrissage : L’objectif est de poser un pied sur un plot situé au centre d’une cible électronique placée sur un réceptacle en mousse. Adresse, technique de pilotage et connaissance météorologique sont les bases pour réussir cette épreuve.

video-thomas-jeannerot-parachutisme-francais

Brevet B2 : Vol relatif (indispensable pour des sauts de groupe)

Cette discipline se pratique durant la chute libre en équipe de 4 ou 8 parachutistes. Chaque équipe doit réaliser un maximum de fois une série de figures imposées tirées au sort avant chaque compétition. L’ensemble de la chute est filme et jugé.

record104small3

Brevet B3 : Voile contact

Cette discipline se pratique parachute ouvert. Les parachutistes doivent construire des figures en s’accrochant par les pieds aux voiles des co-équipiers. La voile contact comporte différentes épreuves incluant des séquences à 2, à 4, à 8.

parachutisme-paris-le_voile_contact_2

Brevet B4 : Free Fly

Cette pratique de loisir consiste à réaliser des figures autres qu’à plat, dans les trois dimensions et toujours tête en haut. Le saut de groupe ne peut se faire qu’avec un maximum de 4 personnes sous condition de posséder le niveau B2 et sur décision des initiateurs.

A la recherche de nouvelles sensations et de nouveaux repères, ca sera la discipline à découvrir.

Brevet B4i : Free Fly module tête en haut.

Ce niveau intégré au brevet B4 est une spécialisation de ce dernier. Il vous permettra de réaliser des sauts tête en bas en solo ou en groupe. Il n’est accessible qu’après l’obtention du brevet B4.

OK_VRV1

Brevet B5: Posé en sur-vitesse

Ce niveau vous permet d’apprendre à piloter votre voile afin de transformer un mouvement de descente en spirale (forte rotation accélérante) en mouvement transversal afin de parcourir la plus longue distance en rase-motte. Je vous laisse trouver une vidéo sur google, c est plus parlant qu une photo.

canopy

Vous savez tout sur le saut en tandem et comment devenir parachutiste mais je vois déjà les questions qui vous passent par la tête. Si le parachute ne s’ouvre pas ? Si il s’emmêle ? Si quelques choses n’est pas normal ? Si tu te loupes à l’atterrissage ?

Sans oublier les éternelles réflexions de votre entourage. « Mais t’es complètement barge, pourquoi tu fais ça » ??

Voici donc le paragraphe qui répond à tout ça…

La Sécurité :

Rien de très long mais de quoi vous rassurez.

Le parachute : Tout parachute (ou presque excepté ceux pour le basejump) est équipé d’un parachute de secours accouplé à un déclencheur manuel (vous) et automatique (un boitier électronique).

 

Vous avez donc la possibilité d’ouvrir le parachute de secours manuellement en mettant en œuvre la procédure de secours que vous avez étudié et pratiqué en formation avant votre premier saut.

Le boitier quant à lui est en fait un déclencheur de sécurité. Il en existe plusieurs de différents constructeurs. Les plus courant en France sont le Vigil et le CYPRES : Cybernetic Parachute Release System.

cypres_l3

Les deux ont pour but d’ouvrir le parachute de secours automatiquement mais chaque système à sa particularité de fonctionnement. Sans rentrer dans le détail, le Cypres ouvrira le parachute de secours sans aucune intervention humaine à une altitude fixe et non modifiable de 225 mètres si la vitesse de chute du parachutiste est supérieure ou égale à 35m/s. Pour les élèves, cette vitesse est ramenée à 13m/s.

La formation sera le principal outil de la sécurité. Etre bien formé sur les points importants de la sécurité lors d’une phase complète de saut en parachute vous évitera un ensemble de possible problème. Tout les techniques vous seront apprises pour vous sortir d’une situation compliquée.

Pourquoi le casque ? Tout d’abord parce c’est obligatoire et en pratique il est possible d’entrer en contact avec un instructeur quand on est en formation en chute, un coéquipier lors d un travail a plusieurs ou tout simplement avec une pièce de l’avion.

Pour en finir avec cette question de sécurité, rien de mieux que des chiffres :

a venir !!!!

Le coût:

Eh oui, le nerf de la guerre. Tout a un coût et il ne vaut mieux pas compter sous peine de se faire peur. Une petite récape de l investissement moyen:

Licence annuelle : 175€ assurance comprise

Matériels : Casque, lunette, altimètre et combie sont souvent mis a disposition pour les élèves. Brevet A en poche, vous pouvez sauter en jean et t shirt manche longue ou bien investir dans une combie. Pour ma part, 200€ casque et combie en occase. 600€ en moyenne pour du neuf standard.

Prix du saut solo à Cahors: 24€ + 6€ pour le parachute. Variable fonction des sites.

Prix du saut accompagné: 24€x2 + 1×6€ = 54€

L’achat d’un parachute: en moyenne 3000€ d’occasion

Altimètre électronique à bipper (altison): 180€ neuf

Vous en savez maintenant un peu plus sur les débuts de votre carrière « amateur » de parachutiste. J’espère aussi qu’elle vous aurait permis de répondre à toutes les questions que vous vous posez.

Je tacherais de compléter cette page avec des vidéos, des photos et des infos au fur et à mesure de mon évolution dans ce sport.

Une seconde page est en préparation et détaillera la suite de la formation en vous présentant les brevets BPA,C, D, Moniteurs féderals et le Brevets d’États d’Éducateur Sportif de parachutisme. Ces diplômes ouvrent de nouveaux horizons sur la pratique et l’enseignement de ce sport. Je vais donc vous faire patienter mais pas d’inquiétude, j’ai déjà quelques idées. Après la hauteur, pourquoi pas un peu de profondeur….Que diriez-vous d’une page sur la plongée sous-marine ….. ??

Toutes vos réactions sont les bienvenus, vous avez pour se faire la possibilité de laisser un petit commentaire ou simplement de cliquer « j’aime » 😉

Sensationnelles salutations….

Voyage 2 Sensations

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *