De Salta à Tilcara

Bonjour Bonjour

Je préviens, ça va être très long !!!

Alors on voudrait bien la réponse à la devinette hein ???

Bon je vous la donne ou tout du moins, elle a été donnée par mon cher ami Mickeal qui n’a pas de mérite puisqu’il a déjà posé ses pieds ici  et donc qui connaissait la réponse. J’aurais pu imaginer qu’il ait laissé le suspense jusqu’à son commentaire mais je pense plutôt qui n’est pas allé sur le blog avant mdrrrr. Ça se payera en bière bien évidemment.

Donc pour en revenir, les bouteilles sont bien là pour repousser les chiens qui aiment à pisser sur les murs. Apparemment ça marche, en revanche, je ne pense pas que cela puisse marcher pour un mec bourré. A qui veut bien essayer lol.

J’aurais une autre devinette à venir donc la partie ne fait que commencer.

Donc revenons-en à notre balade. Toujours en compagnie d’Oliv et après une journée de bus. Nous voilà à Salta, petite ville au nord-ouest de l’Argentine ou nous décidons de louer une voiture. 

Le lendemain, nous aurons donc droit à une Chevrolet citadine très propre et n’ayant que 20000km au compteur et ah oui, j’allais oublier un petit bonus (je ne sais pas trop si c’est le terme exact) à 7h du mat lorsque que nous partions récupérer la voiture, nous avons eu la chance d’apercevoir un modèle rare munie de 2 gros parechocs mais avec bien plus de kilomètre au compteur et très masculinisé, bref un gentil transsexuel (enfin je crois, pas vérifié) qui sillonnait les rues s’est arrêté et nous a aguiché les (gros) seins nues dans l’espoir que 2 beaux voyageurs le fassent voyager . Bon, on la laisse voyager tout seul lol mais ça nous a bien fait sourire .

Parfait, donc, bien réveillé après cette hallucination matinale, la voiture en main, nous attaquons par la rn 9 qui nous fait traverser une forêt tropicale presque australienne afin de nous mettre sur la route de notre destination première, les Salinas Grandes (Les grands lacs de sel) situés à quelques choses comme 3500m d’altitude.

Sur notre trajet, une fois sortie de la foret, on commence à en prendre plein les mirettes, des couleurs changeante d’une vallée à une autre, des bleus, des verts, des jaunes, des gris bref bien plus qu’un arc en ciel, on s’émerveille à chaque virage, à en rester bouche baie :

ARGENTINE 6683 (Copier)ARGENTINE 6688 (Copier)

Puis nous attaquons l’ascension du col que nous devons franchir pour attendre le lac salé et nous semblons minuscules dans ces vallées. Difficile d’imager et les photos ne rendent pas autant que la réalité mais seul le géant vert doit se sentir à la bonne taille ici lol (je sais c’est nul mais j’avais que ça lol) :

ARGENTINE 6716 (Copier)

DSC03518 (Copier)

En haut du col, différentes choses nous surprennent, plus pour moi, le manque d’oxygène m’essouffle à en avoir le tournis, le froid, ça caille oui !!! et bien sur l’altitude:

DSC03527 (Copier)

Juste pour donner un repère plus parlant à propos de l’altitude : en 2011 en Australie, je m’essayais au saut en parachute d’une hauteur de 14000 pieds, et bien cela représente 4200m. C’est exactement comme si j’avais sauté du col.

Une petite note médicale: Contre le manque d’oxygène en altitude, les Argentins utilisent de la feuille de coca. Elle se garde en bouche afin d’en extraire l’un des principes actifs (14 au total) appelé la globuline qui est une protéine cardiotonique optimisant le travail du cœur, évitant la tachycardie et l’hypotension et qui constituent la réponse physiologique immédiate à une haute altitude supérieure à 3 000 m, c’est aussi un remède efficace et indispensable pour le traitement de la maladie des hautes altitudes (également appelé le mal aigu des montagnes) :

ARGENTINE 6898 (Copier)

Au moment, nous n’en avions pas. Nous avons pu essayer par la suite mais étant en basse altitude, nous n’avons pas vraiment ressentit les effets.

Parenthèse médicale fermée, l’autre côté de col est tout aussi immense et sans fin mais nous pouvons apercevoir le lac, petite tache blanche tout au fond au centre de la photo :

ARGENTINE 6726 (Copier)

L’Argentine me rappelle parfois l’Australie de par ses routes sans fin :

ARGENTINE 6734 (Copier)

Nous y sommes, le lac de sel, une étendue immense recouverte de sel ultra pur, 99% de sodium. A notre arrivée, une course à pied sur le lac venait de se terminer, des grands malades !!!

Comment s’est formé ce lac ?:

Il faut savoir que beaucoup de haut plateau était jadis, donc y a très longtemps , le fond de la mer. Les sols sont donc chargés suivant les régions en minéraux ou autres substances. Ici, le sel est présent dans les sous couches. Lors de la saison des pluies, l’eau remonte par infiltration chargée en sel puis le principe d’évaporation prend le relais pour ne laisser que le sel. Si vous creusez, vous découvrirez l’eau assez rapidement à l’exemple de ces tranchées :

ARGENTINE 6738 (Copier)

DSC03541 (Copier)

Je ne comprends pas pourquoi les gens se sentent obligés de faire des photos débiles dans ce genre d’endroits comme sauter ou faire semblant de manger un morceau lol :

ARGENTINE 6761 (Copier)ARGENTINE 6745 (Copier)

Sur le retour, nous nous arrêtons à Purmamarca connue pour la colline au 7 couleurs :

DSC03548 (Copier)ARGENTINE 6785 (Copier)

Notre étape trouva sa fin à Tilcara où nous devions trouver un guide recommandé par Flavio (Iguazu). Après avoir discuté avec le guide, cela ne correspondait pas à notre recherche. Nous étions orientés sur une balade en montagne d’une demi-journée au minimum. Renvoyé vers un confrère, Fran, nous « signons » pour le lendemain une balade de 4 + 2h avec une pause déjeunée dans la maison de famille perchée dans les hauteurs. Ça semble pas mal du tout.

Au petit matin (9h lol), Fran parlant anglais se présente et la balade commence. Je passe donc en mode « questions en rafale » (donc mode reloux ) à propos du pays, économie, politique, marché noir mais aussi nature, faune, flores etc …….. à me demander si il allait en avoir marre lol  puis nous entrons dans le vif du sujet, la grimpette et la plus personne l’ouvre enfin surtout mois remplaçant les mots par les bouffées d’air necessaires à nos effort. Sur le chemin, il nous explique l’utilisation de certaines plantes destinées à la médecine ou à la cuisine :

plante medicinale pour la cicatrisation de plaiesARGENTINE 6826 (Copier)

grains de poivre sauvage

ARGENTINE 6828 (Copier)

Mais aussi, l’histoire de ses terres avec les pierres garnies de faucille que l’on trouve tout autour :

ARGENTINE 6832 (Copier)

Le décor est en continuel changement :

DSC03560 (Copier)

ARGENTINE 6834 (Copier)ARGENTINE 6847 (Copier)ARGENTINE 6841 (Copier)ARGENTINE 6850 (Copier)

Mais la route bien indiquée par les cactus:

ARGENTINE 6836 (Copier)

Parfois géant :

ARGENTINE 6860 (Copier)

Tiens, tant qu’on y est, à propos des cactus, il existe plusieurs variétés et celle-ci est le « cactus arbre » dû à un tronc dur équivalent au bois mais percés de petites alvéoles. Cette espèce est protégé à ce jour car autrefois, ils étaient coupés pour être utiliser comme décoration de plafond (sous le planché de l’étage supérieur):

ARGENTINE 7134 (Copier)

Moi qui voulais boire de l’eau de cactus et Fran m’a fait comprendre que ça prendrait beaucoup trop de temps et que c’était très long lol et pas bon lol.

Nous faisons ensuite une petite pause au point le plus haut de notre balade afin de faire des photos :

DSC03565 (Copier)ARGENTINE 6844 (Copier)

Lors de notre redescente vers la maison de famille ont découvre cette montage découpée et presque saillante :

ARGENTINE 6864 (Copier)ARGENTINE 6882 (Copier)

Il s’agit simplement du fond d’un lac qui par mouvement des plaques tectoniques au fil des millénaires est passé de l’horizontal à la verticale. On arrive presque à imaginer que le fond a été poussé vers le haut de la droite vers la gauche.

Cette montagne est placée juste en face de la maison de famille qui est celle des parents de Fran ou nous attend un « asado » de dimanche. Nous sommes chanceux et découvrons LA culture argentine :

ARGENTINE 6890 (Copier)

L’asado est un barbecue bien souvent le dimanche mais parfois en semaine aussi où se réunissent famille et amis afin de partager un festin grillé comprenant de la côtelette, des saucisses, de l’entrecôte ainsi que différents légumes comme des salades, du mais etc.

ARGENTINE 6895 (Copier)

Un vrai moment de bonheur dans la tradition où s’échangeait des mots d’espagnol, d’anglais et de français !!!! Hey hey, oui oui, de français, à ne pas le croire, en plein milieu de nulle part, nous avons eu la surprise de découvrir que le père de Fran parle français et a même séjourné en France quelques mois :

ARGENTINE 6916 (Copier)

Je finis cet article par des remerciements :

A Flavio pour ses bons tuyaux.

A Fran et sa famille pour une balade hors norme et un moment inoubliable.

Au Vieux Camper (Paris) ou j’ai acheté mes chaussures de marche sans aucun regret. Jamais mal au pied malgré une première sortie vraiment difficile. Un conseil au top.

Nous avons suivi leurs conseils et cette première étape a été pleine de bonnes surprises.

L’aventure continue……………

3 thoughts on “De Salta à Tilcara

  1. Anthony

    Des paysages magnifique!!! Tu nous vends du rêve la!!!biz mon lapin

  2. Aurelie

    Ouah elle donne trop envie la viande !!

  3. Marylène

    Hello !
    Il me semble que le sel de la plupart des salars ne vient pas de l’eau de mer mais plutôt des sols volcaniques (cendres riches en éléments…)
    Bon trip !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.